Comment s'occuper en période de confinement ?

Avec nos vies quotidiennes, actuellement bien bousculées par une période de confinement indéterminée, s'occuper l'esprit et le corps chez soi est à privilégier pour ne pas sombrer dans la déprime !


Je vous propose donc un petit exercice photographique à dimension "artistique" à réaliser chez vous de façon simple et ludique.


L'idée de cet exercice, c'est de comprendre qu'en prenant en photo un objet du quotidien sans aucune intervention, cela n’est pas poser un "acte artistique".


Un travail "artistique" est une démarche qui nécessite de se questionner sur ce que l'on veut donner à voir.

Quel aspect de l’objet va-t-on montrer et pour cela, quel cadrage, quelle lumière, quelles couleurs, quelle mise en scène, quels effets va t-on rechercher ? Quels sont les moyens que nous mettons en place pour réaliser une photographie "artistique".


Inviter à voir ce qu'on ne voit pas habituellement, dépasser la représentation que l'on a de l'objet, de sa fonction, et le regarder pour sa forme, sa matière, sa couleur, etc… voilà, les objectifs fixés pour cet exercice.


Consignes de l'exercice :


Je vous invite à choisir un objet du quotidien (cela peut être une fourchette, un verre, une paire lunette, un flacon de parfum, etc...).


Vous pouvez vous confectionner un mini-studio : sur votre table de séjour, votre bureau par exemples, vous placerez une taie d'oreiller blanche (ou de couleur unie) ou une serviette, ou encore un drap... (à votre convenance). Vous placez alors votre objet dessus. Pour parfaire ce mini-studio, vous disposerez aussi d'un point lumineux voire 2 (pourquoi pas !) et commencez à prendre en photo votre objet.


NB : Essayer de vous trouver un espace où vous aurez la possibilité d'obscurcir la pièce (votre chambre, votre salon, coin bureau, salle de bain peu importe...


Pour vous y aider, voici mon conseil :

Une photo artistique implique de « faire » quelque chose, mais il ne faut pas faire n’importe quoi. Cela nécessite :

- une inventivité dans les expérimentations

- une expression personnelle qui s’éloigne des stéréotypes

- des qualités plastiques de l’image



A vous de jouer !


Voici mes petites expérimentations photographiques


Pour cette série photographique, j'ai utilisé un set de table en papier, un récipiant transparent (en verre), un point lumineux (ma lampe de bureau, en l'occurrence). J'ai mis de l'eau et de l'huile dans le contenant que j'ai mélangé afin d'avoir ces petites bulles éparses.


1- Première photo : rien de particulier. Elle montre surtout le dispositif (la mise en scène) pour prendre la photo.

2- Deuxième photo : cadrage plus serré du contenant. Mais cela ne montre rien d'extraordinaire !

3- Troisième photo : cadrage nettement plus serré. Ce cadrage particulier, n'est pas "parasité" par des éléments extérieurs qui permettraient d'identifier le "contexte", c'est-à-dire le lieu de prise de vue et le dispositif pour réaliser cette photo, par exemples. Ce cadrage pourrait ainsi faire croire au spectateur, qu'il s'agit d'une photographie illustrant des cellules vues au moyen d'un microscope.


Conclusion : le cadrage choisi, va induire une lecture différente d'une image photographique à une autre.


Pour cette 2ème série photographique, j'ai utilisé une écharpe noire (qui m'a servi de fond pour mon mini-studio), une chaise (pour poser mon objet et qui sera recouvert de mon écharpe noire), d'une lampe de chevet (comme point lumineux). J'ai choisi comme objet, une paire de lunette.


1- Première photo : Même si le cadrage est volontairement serré sur une partie de la paire de lunette, nous arrivons à identifier l'objet choisi. En effet, j'ai fait en sorte que la netteté puisse se situer sur le premier plan (ici, le verre de la lunette et la structure même de la lunette). Ce qui crée un arrière plan flou (dit bokeh)

2- Deuxième photo : Ici, le cadrage est identique à la première photographie (je n'ai absolument pas bougé). En revanche, j'ai inversé la netteté, appliqué sur un autre élément de la paire de lunette situé en arrière plan (l'arrête de la lunette). Ce qui a pour nouvel effet, de créer un flou (bokeh) au premier plan cette fois.


Petite question :

Si je n'avais présenté que cette seconde image (séparément de la 1ère), auriez-vous deviné l'objet dont je me suis servi ?


Conclusion : La profondeur de champs permet ainsi, des lectures différenciées d'une image photographique à l'autre.




Comme vous l'aurez peut-être compris, pour réaliser une photographie qui sorte de l'ordinaire et tendre vers une dimension "artistique", votre image photographique va se construire d'une certaine manière, aidé bien entendu par votre dispositif (la mise en scène : lumière et placement de l'objet), votre angle de vue (votre propre position physique et le choix de cadrage, de profondeur de champs, éléments de réglages et techniques...), votre intention (si cela vous vient à l'esprit), vos expérimentations diverses et variées. L'ensemble, induisant un sens de lecture de l'image photographique différencié, qui peut aller de la simple "reproduction" d'un objet par le biai de la photographie à une dimension plus "artistique" et/ou "détourné" de votre objet.




41 vues